MON PARCOURS

L22EC-6010GUJK_SchoniD_01.jpg

Je me suis diplômée en Suisse, à l'université de Fribourg. J'ai un Baccalauréat en Sciences de l'éducation et une Maîtrise en Orthopédagogie. J'ai plus d'une dizaine d'années d'expérience en éducation, enseignement et orthopédagogie avec les enfants et adolescents depuis la maternelle au secondaire. Mes domaines d'intervention sont les troubles d'apprentissage, les troubles du comportement, le TDA/H, le TSA et le retard mental.

 

L’expérience d’être maman de deux enfants m’a permis d’enrichir encore plus mon bagage d’études et mon expérience.

Je suis membre de l’ADOQ et je participe régulièrement à des perfectionnements.

Dans les prochains points, je vais décrire mon parcours professionnel en vous exposant les particularités des enfants et adolescents avec qui j’ai eu le plaisir de travailler et quelques approches éducatives que j’ai employées avec eux.

Ma première expérience professionnelle a été avec une classe de trois enfants polyhandicapés d’âge préscolaire. Mon travail consistait à collaborer étroitement avec les différents professionnels et les parents afin de stimuler … et maintenir les acquis. Ça a été une expérience incroyable que je vais garder pour toujours dans mon cœur : j’ai appris à une fille à marcher! J’ai aidé une autre fille aveugle et autiste à se déplacer et à diminuer ses crises de colère. J’ai respecté les limites et le rythme de l’autre garçon. Justement, ce qui m’a appris cette expérience professionnelle est :

  • l’importance de la routine et de l’anticipation dans le quotidien des enfants,

  • le respect des faiblesses d’un enfant et

  • de me réjouir de chaque petite victoire.

Ma deuxième expérience était complètement différente, j’ai géré une classe mixte de six élèves avec troubles d’apprentissages et/ou troubles du comportement du primaire et secondaire.

Parmi ces élèves, il y en avait qui avaient un grand retard scolaire, qui avaient des troubles de conduite, d’opposition passive, violence verbale et/ou physique, qui devaient juste besoin d’une pause du système scolaire régulier pour se retrouver, etc. Mes élèves étaient très différents les uns des autres. Sans compter les différents diagnostics comme TDA/H, trouble du langage et déficience intellectuelle légère.

Mon défi principal a été d’un côté de faire un suivi individualisé selon leur niveau scolaire, de l’autre côté de créer une unité dans ce groupe si hétérogène. Pour faire cela j'enseignais par ateliers, voici quelques-uns qui étaient fort appréciés par mes élèves : cuisine, musique, création d’animations, de films et photoromans, équithérapie… Cela nous a permis d’apprendre à respecter l’autre, maîtriser la colère et le vivre dans la société. Chacun de ces élèves a une place dans ma mémoire, chaque fois que je pense à eux un sourire ou un rire s’échappe de mon visage. Cela n’a pas été toujours facile, mais nous avons vécu de belles réussites!

Ma troisième expérience m’a fait retourner dans une classe avec des enfants d’âge préscolaire. Avec une collègue, nous nous sommes occupés de cinq enfants ayant différents handicaps comme la trisomie, le TSA et la déficience intellectuelle.

Pendant ces années nous avons enseigné avec beaucoup de patience et de passion l’autonomie, le développement social, affectif et du langage, des compétences cognitives comme le sens du nombre et de l’écriture et d’autres objectifs selon le plan d’intervention individualisé créé en équipe pluridisciplinaire et en collaboration avec les parents.

Si je dois me souvenir de quelques éléments pédagogiques que j’ai utilisés dans ces années est l’utilisation :

Et ce que je vais garder précieusement dans mes souvenirs? Les enfants bien sûr, mais la merveilleuse collaboration et confiance que leurs parents m’ont apportée.

Une manière de mesurer la pertinence d'un modèle éducatif est le niveau de bonheur d'un enfant.

Maria Montessori

Ma quatrième expérience a été ma première expérience de travail au Québec! J’ai eu la chance de suivre mon mari dans une nouvelle aventure, nous avons quitté la Suisse, en 2018, pour nous établir à Québec. J’ai travaillé comme orthopédagogue auprès d'une clinique privée et cela m’a appris à m’apprivoiser d’un nouveau système scolaire, prendre mes repères et m’adapter.

 

Ce que je fais dans mon travail en fond c’est la même chose de ce que je faisais en Suisse, sauf que… certains mots ont une signification différente. En Suisse nous mettons le classeur dans le cartable et le cartable le mettons sur nos épaules… au Québec faire cela est un peu plus difficile!

Pour moi, travailler au privé c’est pouvoir offrir un suivi de qualité adapté à chaque élève. Le travail individualisé était ce qui manquait à mes élèves lorsque j’enseignais dans une classe. Ne pas pouvoir prendre le temps en individuel avec chaque élève me frustrait beaucoup.

 

C’est avec joie que pour l’an 2021 je me suis lancée à mon compte!

L'espérance

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.